Sony étoffe son offre de jeu vidéo en streaming

Le constructeur de la PlayStation 4 a procédé à une baisse symbolique du prix de son service PlayStation Now, en même temps qu’à l’enrichissement de son catalogue.

Publié hier à 16h50

Temps de Lecture 1 min.

Le PlayStation Now permet d’accéder à plusieurs centaines de jeux en abonnement.

Le PlayStation Now permet d’accéder à plusieurs centaines de jeux en abonnement. (Sony)

C’est ce que l’on appelle une offre agressive. Sony a annoncé une baisse drastique du prix de PlayStation Now, son service de jeu vidéo en abonnement, accessible sur PlayStation 4 et PC. Celui-ci passe de 15 à 10 euros par mois, et de 100 à 60 euros pour un abonnement à l’année.

Le service, qui permet d’accéder à volonté à un catalogue de 700 jeux PlayStation 3 et PlayStation 4, s’enrichit par ailleurs temporairement – pour une durée de trois mois – de quatre superproductions du jeu d’action, Grand Theft Auto V, God of War, Uncharted 4 : A Thief’s End et inFamous Second Son.

« C’est une occasion de relancer le service », a indiqué au quotidien espagnol El Pais Gordon Thornton, directeur chargé des services numériques de la marque PlayStation, alors que Sony ne comptait que 700 000 abonnés en avril. Le constructeur s’engage par ailleurs à ajouter de nouveaux jeux majeurs chaque mois.

L’ombre de Google

Ce changement tarifaire intervient alors que le géant du Web Google doit lancer en novembre son propre service de jeu en streaming, Stadia. L’accès au service coûtera lui aussi 10 euros par mois, mais sans accès illimité à son catalogue : sauf promotion, les jeux devront être achetés un par un. Microsoft, de son côté, propose un Xbox Game Pass à 10 euros, sans streaming, mais offrant un accès illimité, y compris aux dernières nouveautés du constructeur américain.

Ces offres, souvent assimilées à des « Netflix du jeu vidéo », sont souvent considérées comme l’avenir pour l’industrie. Elles suscitent par ailleurs des questions sur l’impact environnemental lié au développement à grande échelle du jeu en streaming, une des activités numériques les plus énergivores.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Crise écologique : l’impact environnemental du jeu vidéo, un sujet d’inquiétude grandissant